Musique: Et de quatre pour « Hortense La Belle » .

Hortense Haba, connue sous le label « Hortense La Belle » est une artiste guinéenne. Absente sur le marché de disque depuis 2009, elle vient de boucler son quatrième opus dont la sortie est prévue le vendredi 15 mai à Lambadji, à Conakry. Entretien.

Kaloumpresse.com : Bonjour Hortense. Dis-moi, il semble que ton album est prêt et la sortie est prévue bientôt ?
Hortense « La Belle » : Oui ! Mon quatrième album est déjà prêt. Sa dédicace aura lieu le vendredi 15 mai au DESTIN à Lambadji.
Comment est-il intitulé et que dis-tu dans cette œuvre musicale ?

Le titre c’est est  »Gbali ». Dans cet album, je parle des réalités de la vie courante telle que l’ingratitude  des hommes.
Ah bon ? Et pourquoi les hommes seulement ?
Parce qu’un homme ne te sera jamais reconnaissant même si tu te tues pour lui. Il y a des femmes qui s’occupent des hommes pendant des moments de crise mais en fin de compte elles sont mal récompensées. Aujourd’hui, regardez dans nos foyers. Ce sont les femmes qui se battent pour les hommes. Elles sortent le matin de bonheur pour aller chercher de l’argent pendant que monsieur fait la grasse matinée.

Tu es très dure envers les hommes. Certains pensent que tu t’acharnes trop contre eux dans tes albums. Pourquoi ?
Je critique les hommes parce qu’ils n’ont pas de bons comportements.

Est ce que tu n’as pas été victime par hasard ?
Elle rit. Oui ! J’en ai été victime.
Revenons à ta carrière. Comment es-tu arrivée dans la musique ?

Je chante depuis le bas âge. En fait dans notre famille la musique est héréditaire. Mon homonyme aussi était une chanteuse. J’ai commencé par la Chorale de mon église à Kankan. Mais j’ai été une fois de plus motivée à l’occasion d’une tournée de Sékouba Bambino à Kankan. C’est ce jour que j’ai réellement décidé de chanter. Mais ma tante qui était également ma tutrice s’y est opposée.  Ce n’est que des années plus tard, lorsque j’ai fini d’apprendre la coiffure, que j’ai décidé enfin de chanter. J’ai fait les premiers pas avec les feus Cécé Morel, Prince Théo et Gnanga Loromou. Ce sont eux qui m’ont aidé au début de ma carrière.
Quelles sont tes sources d’inspiration ?

La vie courante. Le monde qui m’entoure. Je compose des chansons à toute occasion. Tout ce qui peut me permettre d’éduquer les citoyens à travers la musique m’inspire parce que chanter c’est éduquer et non attiser la colère.
Quel regard portes-tu sur la musique guinéenne d’aujourd’hui avec les albums qui ne s’achètent plus à cause de la piraterie ?
Pour ce qui est de la piraterie c’est indépendamment de notre volonté. Il revient au BGDA (Bureau guinéen du droit d’auteur), le ministère de la Culture et à l’ensemble des acteurs de s’impliquer dans la lutte contre cette pratique qui appauvrit les artistes chaque jour.
Quel rapport existe-t-il entre toi et les autres artistes guinéens ?
Nous entretenons de très bons rapports qu’il s’agisse des artistes de la Guinée forestière en particulier tout comme ceux du pays en général. Nous sommes très d’accord. Aucun d’eux ne s’est jamais mal comporté à mon égard. Il n’y a jamais eu d’histoires entre nous depuis que je suis dans le monde musical. D’ailleurs certains me font appel pour des featurings. Dans mon dernier album, j’ai aussi fait appel au jeune Morel et à Aubin Théa pour des featurings.
Et avec Bambino qui fut pour beaucoup dans ton engagement ?
Il a été le premier à me chercher un manager pour mon premier album quand il a vu la maquette. Mais depuis, il n’y a plus eu d’autres contacts.
Des tournées sont-elles prévue après la sortie de ton album ?
Oui en Guinée pour le moment et après on verra.
Comment parviens-tu à jongler entre la musique, la coiffure et la famille ?
Je gère le tout à la fois sans problème majeur. Je n’ai pas spectacles à tout moment. Ce qui me permet de travailler dans mon salon de coiffure. Mais même si je suis en tournées, mes apprenties me permettent toujours de réaliser de bonnes affaires.
Dis-moi es-tu mariée ?
Non je ne suis pas mariée.
Vraiment ?
Oui. Je suis célibataire.
Mais des enfants quand même ?

J’en ai deux. Un garçon et une fille.
Il semble que le garçon veut aussi chanter comme toi ?
Oui et j’en suis très contente. Pour l’instant il jongle entre les études et la musique. La fille quant à elle, elle a terminé ses études et m’aide de temps en temps dans mon Salon de coiffure.
Quel message as-tu pour tes fans et les lecteurs de Kaloumpresse.com ?

Je demande le soutien de tout le monde. J’invite tout le monde à prendre part à la dédicace de mon album le 15 mai au DESTIN à Lambagni. J’invite toutes les femmes de la capitale et tous mes fans.

Source: Kaloupresse.com
Propos recueillis par Elie Ougna

About admin

Check Also

Hévéa culture, une assurance de la retraite

Le sol guinéen demeure riche de nombreux potentiels notamment agricole dont la valorisation souffre de …