Coin du poète

Afrique

Toi, berceau de l’ humanité,

Toi, gardien de mon nombril, je te salue,

O Afrique de mes ancêtres

Sous le joug colonial séculaire

Tu perdis bien de tes valeurs

En échanges de celles importées

Avant ta liberté le départ, le départ des envahisseurs

Tu consentis d’énormes sacrifices

Pour ton identité perdue ta gestion

Ironie  au Afrique moderne

Au fil des ans, tu es dépersonnalisée

Tu détruis plus que tu ne construises

Dans ton nid saignant, sont hébergés des despotes

Se mesurant à l’ange de la mort

O Afrique moderne

Tu travers l’océan  de la corruption

Tu es rongée par le laxisme

Tu deviens fruits succulents

Am Touré

About

Check Also

: une femme arrêtée pour enlèvement d’une fille à Sandervalia

La scène s’est déroulée entre hier Mercredi 20 juin et ce jeudi 21 juin 2018, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.