Des voies routières construites sans les arrêt-bus ou taxi.

Dans le cadre du développement socio-économique d’un pays ou d’une nation, la mise en place des infrastructures est très importante. Cette mise en place doit se faire dans les règles de l’art avec des prévisions préalable conformes à la situation géographique des lieux.

Il est vrai que les travaux de la route nationale Conakry-Coyah ou Conakry-Kindia est en train d’être réalisés. Mais, attention, il ne s’agit pas de faire un travail pour le faire ; plutôt, faire le faire bien. En Guinée, tout le bien fait est mis de côté à profit d’un intérêt égoïste. Car, dans les conditions normales, aucun travail ne fait sans les études préalables du terrain. Surtout quand il s’agit du travail d’Etat confié une entreprise quelconque.

En ce qui concerne la construction de cette route Conakry-Coyah ou Kindia, elle est faite avec beaucoup d’imprévus dans la réalisation. D’abord, les arrêt-bus ou taxi ne sont pas prévus ; toute la chaussée est fermée. On ne trouve même pas où doivent se garer les véhicules pour l’embarquement ou le débarquement. Pourtant, tout cela provoque des embouteillages et cet élan, la Guinée ne pas prête à se débarrasser d’embouteillage.

Quand ce manque d’arrêt sera remarqué de tout le monde, les responsables du chantier vont essayer de demande encore un autre fonds pour la mise en place de ces arrêts. Pourtant tout est inclus dans le fonds du départ des travaux.

Notre pays, la Guinée est devenu un pays où, tout le monde cherche à se tromper croyant tromper son prochain. Et on oublie toujours que l’histoire ou le passé de l’homme finira par le rattraper. Donc, les Guinéens qui sont à la tête des départements ou des lieux stratégiques pensent être plus bénis plus que tout le monde. Or, ils se trompent car, seul Dieu est Puissant et quand Dieu décide nul ne peut changer.

Ce sont les comportements qui mettent nos pays en retard en Afrique. C’est aussi la cause des migration de toute forme. Car, l’inconscience provoque l’impatience, la haine et la rancune. Faute de quoi, nous parlons chaque fois de réconciliation nationale. Mais, en réalité qui doivent être réconciliés ? Qui s’est battu contre qui ? Qui sont en conflit ?

Le malheur de notre pays est que les gens piétinent la vérité au détriment du faux. On peut dire même, s’il faut que la Guinée est un pays à faux rythme. Si tel n’est pas le cas, les cadres qui sont responsables des départements stratégiques ne se mettent pas à faire le méchant en laissant de côté, ceux qui sont capables d’assurer le développement du pays.

Il faut être conscient pour pouvoir faire aller de l’avant un pays ou une société. Nous devons laisser le favoritisme et travailler dans la transparence et le mérite. Allah ne triche personne ! La Guinée a perdu a perdu beaucoup de ses fils à cause ces mauvais comportements. Pour cette raison, nous ne devons pas condamner ou en vouloir tous ces cadres qui servent d’autres pays. Si nous ne connaissons pas la valeur d’homme, ces pays eux connaissent ce qui est la valeur humaine.

Pour que la Guinée change de visage, il faut que la mentalité des Guinéens change. Il faut cesser d’échanger le mérite contre l’intérêt personnel, l’affinité, l’ethnocentrisme ou le racisme.

BIS

About

Check Also

Des instances de décision : quelle place pour les femmes?

De tous les temps, pour des raisons subjectives, des femmes sont l’objet d’injustice notoire, de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.