L’Association des jeunes reporters (AJR

L’Association des jeunes reporters (AJR), ont organisé un atelier de formation sur l’éducation aux médias et à l’information à l’intention des journalistes de la presse publique et privée sur financement de l’UNESCO, du 19 au 20 octobre dans la salle de conférence de ladite institution.

C’était sous la présidence de son directeur du bureau régional du multi sectoriel de l’UNESCO, IDO YAO, accompagné par le commissaire général Conakry Capitale mondiale du livre, Sansy Kaba Diakité, le secrétaire général de la Communication, El hadj Mohamed Condé et tant de personnalité qui ont bien voulu faire le déplacement.

Sidy Diallo, président de l’association des jeunes reporters : c’est un grand bonheur pour moi de prendre la parole au nom de l’association  pour vous souhaiter la bienvenue à cette cérémonie de l’atelier de renforcement des capacités des jeunes journalistes publics et privés à la communication de l’éducation de l’information et des NTC.

L’Association des jeunes reporters est une ONG créée depuis en 2004 à Kankan avec objectif général la promotion de l’accès des citoyens aux informations essentielles, mais aussi sensibiliser les citoyens sur la culture de la paix de renforcement des capacités des journalistes guinéens. C’est dans cette optique que l’AJR a été appuyée par l’UNESCO et l’éducation des médias et à l’information entant outil du développement durable qui exige la liberté  d’expression. Car, l’absence de diversité et l’expression donne lieu à la colonisation, à l’intolérance, à la haine et à l’extrémise.

Pour le président de l’Association, il est donc nécessaire de favoriser l’accès rapide à des informations utile de qualité pour prendre des décisions éclairées et …. La vie des citoyens en leur permettant de comprendre le monde dynamique auquel ils vivent.

Quant à Mohamed Condé, secrétaire général de la communication à au nom de M. Rachid N’Diaye, ministre de la communication de vous souhaiter la bienvenue de lancement du séminaire de renforcement des capacités des jeunes journalistes publics et privés à la connaissance de l’éducation de l’information et des nouvelles technologies de la communication (NTC).

Le ministre de la communication m’a demandé de réaffirmer l’intérêt que le département en charge de la politique de la communication dans notre pays porte à l’éducation aux médias et à l’information.

Toujours dans la même lancée, Condé dira que l’espace médiatique guinéen est animé par des nombreux médias écrits et audiovisuel, cette réalité est née du caractère libéral des textes fixant des normes procédures de l’ouverture des médias, notamment audiovisuel à l’initiative privée. La libéralisation de l’espace audiovisuel amorcé par le gouvernement guinéen en 2006 avait été opérée dans un contexte de revendication catégoriel et politique né de plusieurs années de mauvaise gouvernance,

Perçu comme un facteur essentiel de développement socio-économique de renforcement de dialogue politique et du renforcement démocratique par les uns et sources potentiel de conflit communautaire par les autres. La libéralisation des médias soulève aujourd’hui des interrogations sous des opportunités et les objectifs qu’ils sont admis. Ces préoccupations sont de plus en plus affirmées avec la révolution numérique et de besoin de prendre en compte avec plus de pertinence et de professionnalisme de l’exigence de la liberté des droits humains dans la collecte et le traitement des informations.

Pour finir, le secrétaire général de la communication dira que le chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé est très attaché à l’approfondissement de la réflexion  sous les questions lié à l’exercice de la liberté de la presse en particulier celle de l’éthique et la déontologie et la responsabilité des journalistes.

Le thème de cette rencontre s’inscrit dans cette préoccupation que nous partageons avec l’UNESCO, et c’est le lieu pour moi d’exprimer la gratitude du chef de l’Etat et du  gouvernement à l’UNESCO pour son assistance qui a permis la tenue de cette rencontre regroupant les jeunes journalistes et la sociétés civile pour favoriser une utilisation optimale des opportunités qu’offre les médias.

IDO YAO, directeur du bureau régional du multi sectoriel de l’UNESCO, c’est un réel plaisir pour moi d’être parmi  vous, mais avant de commencer je dois d’abord remercier Mohamed Condé, secrétaire général de la communication qui contribue énormément à la formation des jeunes journalistes.

Pour IDO YAO, les jeunes journalistes vous avez un rôle majeur, un rôle clé à jouer dans le développement socio-économique et culturel  dans votre pays, et comme vous le savez l’UNESCO promet la liberté d’expression, le pluralisme de la presse et des opinions médiatiques et nous œuvrons pour la protection des journalistes dans l’exercice de leur métier.

Cette promotion de la liberté d’expression que nous faisons va de paires avec la responsabilisation des professionnels des médias que vous êtes. Car cette liberté d’expression à un coup, le coup c’est votre responsabilisation, la responsabilité que vous prenez quand vous écrivez ou bien quand vous diffusez une information et si vous ne le faite pas  avec responsabilité, vous mettez votre vie en danger et votre  liberté sera difficile à protéger.

Pour terminer  le directeur du bureau régional du multi sectoriel de l’UNESCO dira que la presse peut être à la fois positive constructive tout comme elle peut être négative et constructive, car nous avons une belle preuve la radio Mille Collines au Rwanda qui a incendié le pays juste la mauvaise information.

BIS                    

About

Check Also

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Point de presse sur le calendrier Académique 2018-2019

Les autorités du département en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.