Dr Djibril Camara, neurologue à la nouvelle clinique de Kobaya

‘’Pour échapper aux troubles neurologiques, l’on doit prendre soins de soi-même en évitant les boissons et la cigarette de tout genre…’’

Dr Djibril Camara, ‘’Dr IZNA’’ pour les intimes, laborantin de son état, est le fruit de l’Université guinéenne, 48ème promotion, option Bio-chimie à Kankan. Dr Djibril s’est spécialisé dans les maladies neurologiques à la nouvelle Clinique de Kobayah. Dans cette interview, Dr Camara nous parle des maladies neurologiques, ses causes et conséquences d’autres cas liés à la maladie. Lisez.
Horoya : En tant que neurologue, parlez-nous de l’origine des maladies neurologiques ?
Vous m’obliger à forcement parlé des troubles neurologiques qui désignent le résumé sur un cerveau malade. Ainsi, on dit qu’un cerveau est malade, s’il fonctionne anormalement à travers certains actes anormaux chez l’homme.
Donc, une maladie neurologique regroupe l’ensemble des troubles et de dysfonctionnement du système nerveux central ou périphérique, c’est-à-dire du cerveau, des nerfs crâniens, des nerfs périphériques de la moelle épinière, ainsi que du système nerveux végétatif, des racines nerveuses qui conduisent parfois à la démence. Ces troubles sont entre autres : l’épilepsie, l’accident vasculaire cérébral (AVC), les maladies d’alzheimer, de parkinson, la migraine et autres céphalées. Il ya aussi la sclérose en plaques, les infections du système nerveux, les tumeurs etc. La liste est longue, autrement dit, c’est l’ensemble des troubles dues à une atteinte des nerfs, de la moelle épinière, du tronc cérébral, du cervelet ou du cerveau et dont l’ensemble constitue le système nerveux.
Quelles sont les causes de ces troubles ?
Les causes des troubles neurologiques sont multiples et parfois très mal connues. Dans le monde, on estime que 48 millions de personnes souffrent de démence et près de 8 millions de nouveaux cas enregistrés chaque année. La maladie d’Alzheimer étant la cause la plus rependue de démence, représente 60 à 70% des cas selon l’OMS.
Les possibles sont : Les maladies métaboliques génétiques difficiles à diagnostiquer, les affections du système immunitaire, les maladies infectieuses à travers le contact physique, le partage de la nourriture, les liquides organiques etc. A côté, il faut noter la rougeole, la toxoplasmose, la méningite, l’acéphalie, le traumatisme physique, l’environnement toxique, les médicaments ou vaccins-antibiotiques, des troubles de privation graves (familles sans amour ni soins, dépression et retard de comportement).
Existent-elles d’alternatives pour échapper à la pathologie?
On peut bien sûr échapper aux troubles neurologiques en prenant soins de soi-même, en évitant les boissons et la cigarette de tout genre, en contrôlant son alimentation, en pratiquant le sport et en évitant l’anxiété, le stress voir la nervosité exagérée etc.
Le personnel de santé n’est pas sans savoir qu’on peut être traumatisé depuis la naissance surtout au moment de l’accouchement (qualité de travail).
Quelles sont des conséquences sur le mental d’une personne atteinte ?
Les conséquences d’une attaque cérébrale, par exemple, c’est l’arrêt cardiaque qui n’est autre que la mort. C’est dire que la maladie neurologique est à éviter à tout prix, car elle conduit le plus souvent à la démence ou la folie, à l’HTA ou à la mort.
Comment contracte-t-on cette maladie ?
La maladie neurologique est contractée soit par les facteurs héréditaires, soit à travers certains comportements alimentaires et certaines malformations congénitales. On peut aussi contracter la maladie à partir de certains exercices physiques (traumatisme) et mentaux (sur ménage).
Dites nous, à quel âge une personne peut être affectée de la maladie ?
Sans ambages, cette maladie peut affectée une personne à tout âge et même avant la naissance.
Votre message à l’endroit des personnes atteintes ?
Le message à lancer aux personnes atteintes de ces troubles neurologiques, est d’ordre social et psychosocial. Disons que chaque personne, est appelée à avoir un problème, petit qu’il soit. Donc mon message est un message d’assistance sociale et financière.
Votre mot de la fin ?
Nous devons mettre en tête ou savoir que les maladies neurologiques entrainent banalement l’irrémédiable donc difficilement remédiable. Les troubles neurologiques qui se résument soit à une absence de fonctionnement aboutissent à la paralysie, à l’aréflexie, à l’anesthésie soit à un défaut de fonctionnement conduisant à la parésie, à la dysesthésie et au tremblement. Et ces troubles, dépendent de l’organe atteint et des conséquences que cela peut entrainer en aval. Par ailleurs, l’on doit savoir que ces troubles ne sont détectées que par le médecin spécialiste au cours d’un simple examen neurologique au cour duquel, il peut ressortir des types de troubles liées essentiellement aux muscles volontaires. C’est-à-dire tout ce qui concerne la locomotion ou le mouvement du corps. Ce sont en principe des troubles moteurs.
Quant aux troubles sensitives et sensorielles, elles regroupent celles-là qui provoquent une diminution voire une absence de la sensibilité ou de la perturbation (paresthésies).
Bref, conformons-nous naturel, c’est-à-dire sans drogue ni de surcharge de l’esprit. Il serait mieux de pratiquer du sport, manger en qualité et se comporter simplement et naturellement en homme responsable.

Interview réalisée par
Bangoura Ibrahima Sory

About Augustin

Check Also

Enseignement: grammaire un moyen efficace d’apprendre le français !

Quelle est l’importance de la grammaire, quel est son mécanisme d’apprentissage, comment peut-on l’apprendre ? …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.