La Représentante spéciale de l’ONU, Pramila Patten appelle à la mise place, dans un court délai, un comité de de pilotage sur l’organisation des procès pour les crimes du 28 septembre 2009 en Guinée.

Plus de 8 ans après les évènements survenus au stade du 28 septembre 2009, qui ont faits plus 100 morts, de disparus et de viols perpétrés, la représentante spéciale de l’ONU chargée des questions sexuelle commises en période de conflit, Pramila Patten, avait effectué une visite en Guinée au cours du mois de mars 2018, dans le sens du communiqué conjoint signé en novembre 2011 entre les nations unies et l’Etat guinéen en vue de combattre l’impunité pour les cas de violences à l’égard des femmes.
La visite a eu lieu après l’annonce du Ministre guinéen de la Justice en décembre dernier, de la clôture de la phase d’instruction des crimes du 28 septembre 2009 ; qui avait débuté en février 2010 et la création d’un comité de pilotage chargé d’organiser des procès.
La représentante spéciale a aussi rencontrés les victimes de violences sexuelles du 28 septembre 2009, des organisations de la société civile et des avocats des victimes. Les échappés de ce jour noir sont plus ou moins confrontés à la psychose et le traumatisme de ces atrocités, car ces derniers et leurs familles continuent à réclamer justice.
Certes, au cours des dernières années, le gouvernement a annoncé à plusieurs fois le début immédiat des procès, y compris au conseil des droits de l’homme en 2017. Des inquiétudes qui ont été exprimées par rapport à la volonté politique de traduire les auteurs devant la justice. Par ailleurs, des retards dans la mise en place du comité de pilotage, nombre de questions ont été débattues, notamment : des défis de sécurité actuelles rencontrées par certaines victimes, l’intérêt de veiller à ce que les hauts responsables inculpés, singulièrement l’ancien homme fort de Conakry, le capitaine Moussa Dadis Camara, comparaissent pour être jugé et la mise en congé de leurs postes étatiques. Des tards qui empêchent, concernant l’ordonnance de non- lieu rendu en faveur du Général Gouverneur Mathurin Bangoura.
Lors de son entrevue avec le président Alpha Condé, la représentante spéciale Patten a tout de même soulevé des questions relatives à la mise sur pied du comité de pilotage et d’un calendrier pour l’organisation des procès. Toutefois, le chef de l’Etat a tout clairement fait valoir qu’il se préoccupait non seulement des victimes, mais aussi celles de tous les massacres que la Guinée a connu au cours de son histoire contemporaine. S’agissant des questions judiciaires pour les victimes des évènements du 28 septembre 2009, suite à la clôture de la phase d’instruction par un panel des juges nationaux, le président Condé a souligné que la question relevait entièrement du Ministère de la Justice et a donné l’assurance, que la justice suivrait son cours, sans ingérence politique de sa part a aussi donné l’assurance qu’il fournirait tous les moyens nécessaires à la justice pour mener convenablement son travail.
La Représentante spéciale rappelle le droit des victimes d’obtenir justice dans un délai raisonnable et demande au Ministère de la Justice d’établir au plus vite possible le comité de pilotage chargé d’organiser les procès, sans retard injustifié, d’assurer la comparution en justice de toutes les personnes liées à cette affaire, y compris l’ancien chef de la junte le Capitaine Moussa Dadis Camara, et de mettre en vacances dans les délais courts, des hauts responsables inculpés qui occupent à présent les fonctions officielles.
« Aujourd’hui, la crédibilité des institutions guinéennes et la sérénité du Gouvernement vis-à-vis de ses citoyens, sont en jeu. Je réitère mon appel au gouvernement guinéen pour qu’il fasse preuve de leadership et de responsabilité en veillant à ce que les procès commencent le plus tôt possible afin que les victimes obtiennent justice et que les auteurs soient tenus responsables. Mon bureau et les Nations Unies sont prêts à continuer à soutenir ces efforts ».

AST

About Augustin

Check Also

Assemblée Générale Annuelle de la Plateforme des Régulateurs de l’Audiovisuel des Pays de l’UEMOA et de la Guinée

‘’ Notre plateforme est une parfaite illustration d’intégration sous régionale’’ dixit La présidente de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.