Cuba

SEM ROBERTO RODRIGUEZ PENA, ambassadeur de la République de Cuba nous a fait l’honneur ce mardi 4 septembre au site Nrguinee.net en lui rendant visite. Visite au cours de laquelle il a parlé du blocus économique et des principaux aspects des droits de l’homme à Cuba 2017 et système démocratique.
Concernant le blocus économique, le diplomate cubain a dit ceci :
Le blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique depuis presque soixante ans, s’avère le système de sanction unilatérales le plus injuste, le sévère et le plus prolongé jamais appliqué à aucun pays.
D’avril 2017 à mars 2018, le blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis d’Amérique contre Cuba s’est intensifié et continue d’être appliquée dans toute sa rigueur.
Cette politique constitue le plus gros obstacle au développement de l’économie cubaine et à la jouissance pleine par le peuple cubain, de tous les droits humains et constitue un grand défi pour la mise en œuvre du programme et ses objectifs du développement durable à l’horizon 2030.
Les réglementations et dispositions émises en novembre 2017 par les Départements du Commerce, du Trésor et de l’Etat des Etats-Unis, ont créé de plus grands obstacles aux opportunités déjà limité davantage le droit des étasuniens de voyager à Cuba.
Les nouvelles sanctions contre Cuba ont entraîné une diminution sensible du nombre des visites des personnes en provenance des Etats-Unis et ont créé de plus grands obstacles aux relations économique et commerciales des entreprises cubaines avec des partenaires étasuniens potentiels, ainsi que des pays tiers. Ces mesures lèsent non seulement l’économie de l’Etat cubain, mais aussi le secteur non étatique. La mise en œuvre de ces règlementations ignore le soutien majoritaire de l’opinion publique étasunienne, de la communauté internationale et à la normalisation des relations entre les deux pays.
Le renforcement de l’application extraterritoriale du blocus a été l’une des manifestations distinctives du durcissement de cette politique, avec une incidence significative sur les relations internationales de Cuba dans le domaine des finances et du crédit. Le blocus reste une violation ouverte, flagrante et systématique des droits humains de tout le peuple cubain et s’avère un acte de génocide aux termes de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (1984). Et il constitue une violation de la Charte des Nations Unies et du Droit international et représente un obstacle pour la coopération internationale.
Cuba réaffirme sa volonté de continuer le dialogue respectueux et la coopération dans des sujets d’intérêts mutuels ainsi que de négocier les affaires bilatérales en suspens avec les Etats-Unis, sur une base d’égalité, de réciprocité, de respect à la souveraineté et à l’indépendance de notre pays. Les Etats-Unis doivent mettre fin, de manière unilatérale et inconditionnelle au blocus injuste qui, depuis presque 60 ans, a imposé de la souffrance au peuple cubain.
Cuba ne renoncera pas à ses principes et ne cessera pas de plaider pour la levée du blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis d’Amérique. Ainsi, le 31 octobre 2018, le gouvernement cubain dénoncera l’intensification de cette politique et présentera, une fois de plus, à l’Assemblée générale des Nations unies, le projet de résolution titré « Nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des Etats-Unis contre Cuba ».
Le gouvernement et le peuple cubains espèrent pouvoir compter une fois de plus sur l’appui de votre pays dans sa juste demande de mettre fin au blocus imposé par les Etats-Unis contre le peuple cubain.
Le système démocratique cubain est basé sur le principe du gouvernement du peuple, pour le Peuple et par le Peuple », qui trouve son expression dans la devise qui stipule que la Révolution « est faite par les humbles et pour les humbles ».
Ce principe se matérialise par la participation directe du peuple à l’exercice et au contrôle actif des organes du pouvoir, y compris à travers leurs institutions politiques et civiles, et dans le cadre des dispositions légales en vigueur. Cuba est un Etat de travailleurs indépendants et souverains, organisé par tous et pour le bien de tous, comme une république unitaire et démocratique, pour la jouissance de la liberté politique, de la justice sociale, du bien-être individuel et collectif et de la solidarité humaine.
La loi prévoit, comme dans la plupart des pays, les mécanismes et les formes dans lesquels la participation du public devient effective. Cela se produit à la fois sur des questions quotidiennes et locales, ainsi que sur les processus et la portée politiques des larges, tels que les élections, les consultations populaires, entre autres.
A titre d’exemples, il convient de noter : l’approbation de la Constitution en 1976 lors d’un référendum populaire avec le vote affirmatif de plus de 97% du total des électeurs ; la participation de près de 9 millions de personnes à plus de 163000 réunions pour discuter du projet de lignes directrices pour la politique économique et sociale ; et la discussion de l’avant-projet de code du travail avec la participation de plus de 2millions 800 mile travailleurs, dans quelques 69 mile assemblées syndicales.
Récemment, des propositions pour conceptualiser le modèle économique et social cubain et la base du Plan national de développement jusqu’en 2030 ont été examinées par 1,6 million de cubains (plus de47.000 réunions), qui ont fait plus de 200 mille propositions visant à garantir une société plus juste, libre, indépendante, équitable, démocratique, solidaire et participative.
Les commissions de candidatures qui sont composés de personnes désignées par la société civile, consultant avec tous les délégués et députés pour préparer la nomination des présidents et vice-présidents des Assemblées respectives, qui sont soumis à la décision de ces instances de pouvoir populaire. Les Assemblées, à leur tour, peuvent opposer leur veto aux proposition faites par les commissions de candidatures. Tous les députés sont élus au scrutin libre et secret, quelle que soit l’origine de leur postulation. Le député est un représentant élu par le peuple en tant que membre d’une assemblée législative et l’essence de leur fonction est de représenter les intérêts populaires de la nation entière et non d’un territoire particulier.
Le système interinstitutionnel des droits de l’homme s’est renforcé à travers des mesures pour une meilleure performance dans l’administration de la justice, en mettant l’accent sur la préservation d’une procédure régulière dans le procès et pendant le processus ordinaire, y compris la phase préparatoire ou d’instruction.
Pratiquement tous les travailleurs, y compris les petites entreprises privées, sont syndiqués et protégés par des conventions collectives. Il y a une représentation syndicale au Conseil des Ministres et dans les organes ministériels et corporatifs. Depuis 1938, le mouvement ouvrier cubain a réalisé la conquête d’une centrale ouvrière unitaire dans lequel 17 syndicats et des milliers d’organisations de base participent aujourd’hui.
L’article 53 de la Constitution de Cuba reconnait le droit à la liberté d’opinion, d’expression, de la presse de tous les citoyens.la liberté d’opinion, d’expression, d’information et de presse est reconnue pour tous les citoyens. Cuba défend le droit des peuples à l’information comme prémisse de l’exercice du droit à l’expression.
Les conditions matérielles pour l’exercice de la liberté d’opinion, d’expression et de la presse sont offertes par un haut niveau éducatif et culturel et le fait que la presse, la radio, la télévision, le cinéma et les autres médias sont de propriété sociale.
Les activités et les réunions convoquées par les associations sont menées dans ingérence des autorités de l’Etat. Les institutions publiques et leurs fonctionnaires ont le devoir, et se sont réunis, pour soutenir les activités, les réunions, les assemblées et les processus de maintien en général des associations.
A Cuba, la peine de mort n’a jamais été appliquée aux fermes, la loi interdit son application aux mineurs de moins de de 20 ans et aux malades mentaux. Personne n’est actuellement condamné à cette peine. Tous ceux qui étaient dans cette situation, ont été condamnés à la peine de 30 ou à la privation perpétuelle de liberté. La peine de mort n’a pas été appliquée à Cuba depuis 2003.

BIS

About Augustin

Check Also

Eliminatoire CAN U-23 Egypte 2019 : un syli espoir atomique

Après la qualification du Syli senior le 18 novembre dernier à la CAN 2019, prévue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.