Fête de l’indépendance : 60ème anniversaire de l’indépendance nationale L’histoire continue !

Alors que les projecteurs de l’actualité étaient toujours braqués sur l’élection communale, la grève des enseignants, la manifestation des opposants. Le peuple de Guinée a célébré dans la paix ses 60 ans d’indépendance, un événement historique, le 2 octobre 1958, date à laquelle nous avons été indépendant.
Cette fête historique a belle et bien eu lieu à Conakry, au stade mythique du 28 septembre sis à Dixinn dans la Commune du même nom, Capitale de la Guinée où une très forte délégation gouvernementale, conduite par le Pr. Alpha Condé, président de la République de Guinée, accompagnée de onze chefs d’Etats africains qui ne sont rien d’autres que le président du Tchad, Idriss Déby Itno, Dénis sassou N’Guessou du Congo Brazzaville, Faure Yasimbé Ayedema du Togo, Mohamed Ould Abdel de la Mauritanie, Mohamed Issoufou du Niger, Aly Bongo Ondimba du Gabon, Macky Salle du Sénégal, Ibrahima Boubacar Keita du Mali, Rock Marc Christian Kaboré du pays des Hommes intègres, Nana Akouassy du Ghana et George Opon Wéah du Libéria et les représentants de certains chefs d’Etats africaines et de la France.
Après donc la Région de Boké en 2012, la Région de N’zérékoré en 2013, la Région de Mamou en 2016 et de Kankan en 2017, c’est au tour de Conakry d’abriter cette année cette fête qui, selon certaines personnes semblent avoir réussi. Pour les rappelles, retenons que cette date historique est un événement majeur avec son profil de rêve devenu une réalité.
Cela, grâce aux efforts consentis aux sacrifices acceptés par nos anciens grands parents qui se sont battus corps et âme, qui ont accepté de tailler les pierres, de sculpter dans l’aggloméré l’essentiel du fondement de notre identité. Et, ce 2 octobre 1958, un soleil radieux s’était levé sur notre pays chassant sur son parcours les ténèbres de misères et de désolation qui avaient enveloppé nos arrières parents, à qui les colonisateurs mettaient les boulets aux pieds, les bandeaux sur les yeux, des chaines à la main pour tourner leur vie à l’envers.
Mais le 2 octobre 1958 nous a ouvrit avec solennité la porte de l’indépendance en débarrassant notre beau pays de l’hydre coloniale, grâce à son fils en la personne du camarade Ahmed Sékou Touré, avec d’autres compagnons de l’indépendance comme Ibrahima Barry dit Barry 3, Barry Diawadou, Saifoulaye Diallo M’Balia Camara, Mafory Bangoura et pourquoi pas nos illustres héros, Samory Touré, Dinah Salifou Soumah, Ehladj Boubacar Biro, Kissi Kaba Keita, Gbela Togba Pivi, Alpha Yaya Diallo et Ehladj Oumar Tall.
Au fait, notre liberté a servi de boussole aux autres colonies françaises pour s’orienter sur la voie royale de l’émancipation politique. C’est le fait aussi que cette indépendance soit devenue le cadre idéal pour notre pays qui s’est forgé une identité vraie sur l’échiquier politique du continent africain.
Donc, de nos jours c’est avec un regard neuf que nous devons faire épanouir cette indépendance dans la plénitude de ses objectifs dans la totalité de ces exigences. Car, c’est un jour qui reste à la fois le symbole de la délivrance et de la reconstruction. Cette date historique qui nous fait revivre chaque année la joie de l’indépendance et qui représente aux yeux des guinéens la fin douloureuse excavation de 60 ans de colonisation. Il s’agit donc pour nous continuateurs de l’œuvre des pionniers de cette belles historiques, de travailler durement et d’arrache-pied, faire de la Guinée une terre où il fait bon vivre.
La cérémonie a pris fin par des défilés civils et militaires.
Bonne fête d’indépendance et que Dieu protège la Guinée et ses enfants
Amine !

BIS

About Augustin

Check Also

Culture : journée culturelle cubain

C’est à la résidence de son excellence, Roberto Rodirguez Pena, l’ambassadeur de Cuba en Guinée, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.