Cuba : Dix clés de la manœuvre américaine contre Cuba à l’ONU. 24 octobre 2018.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez Parrilla, a dénoncé mercredi une nouvelle manœuvre des Etats-Unis contre Cuba, liée au prochain vote à l’Assemblée générale de la résolution condamnant le blocus. Dix clés pour la position cubaine.
La Mission permanente des Etats-Unis auprès de l’Organisation des Nations Unies distribue un document contenant huit amendements à la résolution condamnant le blocus.
La Mission permanente des Etats-Unis auprès des Nations Unies a diffusé une série de huit amendements à la résolution condamnant le blocus, a déclaré Rodriguez Parrilla lors d’une conférence de presse au siège du ministère des Affaires étrangères à Havana.
Le mécanisme d’inclusion d’amendements aux résolutions est courant dans la pratique des Nations Unies, qu’il s’agisse ou non d’un vote. Toutefois, dans ce cas, le but des Etats-Unis ne se limite pas à une simple suggestion ou amélioration, mais vise plutôt à changer l’esprit de la résolution pour condamner le blocus.
Les Etats-Unis ont tenté d’utiliser la même technique dissuasive en novembre 2006, mais cette année-là une motion contraire aux propositions américaines a été approuvée.
Les amendements portent sur le programme de développement à l’horizon 2030 et les droits de l’homme.
Une semaine seulement avant le vote à l’Assemblée générale du projet de résolution appelant à la levée du blocus, qui aura lieu le 31 octobre 2018, les amendements au texte cubain introduits par les Etats-Unis font principalement référence à l’ordre du jour de Développement durable à l’horizon 2030, ainsi que des questions relatives aux droits de l’homme. Il existe une longue histoire de manipulation de la question des droits de l’homme contre la résolution cubaine, qui se targue de ses réalisations en matière de santé, d’éducation, de sport, de culture et de participation à la vie politique.
Cependant, les attentes dans le domaine du Plan d’action pour le développement attirent l’attention sur les rares références existant au niveau international concernant l’un des rares pays ayant dépassé les objectifs du Millénaire pour le développement et se trouvant dans une position favorable pour atteindre ses objectifs.
Les amendements utilisent la rhétorique de résolutions déjà rejetées par l’Assemblée générale et le Conseil des droits de l’homme.

Les propositions d’amendements présentées à cette occasion reprennent le contenu d’anciennes résolutions rejetées par le Conseil des droits de l’homme et l’Assemblée générale, faute de soutien dans le passé, rapporte l’agence de presse Prensa Latina.
De cette manière, ils cherchent à créer des tensions, à confondre les gens avec des discours publicitaires et à proposer des prétextes pour intensifier leur siège contre l’île, ce qui les discrédite grandement en termes de politique étrangère, a déclaré le ministre cubain des Affaires étrangères.
Les Etats-Unis n’ont pas la morale pour interroger Cuba.
‘’Si le gouvernement des Etats-Unis veut faire porter l’application des droits de l’homme aux Nations Unies en ce qui concerne les objectifs de développement durable, nous pouvons le faire. Dites où et quand’’, a déclaré le ministre, qui a critiqué le manque de moralité des Etats-Unis pour indiquer à Cuba ces questions.
‘’ La séparation des enfants en bas âge de leurs parents et leur incarcération dans des cages sont aberrantes’’, a-t-il déclaré.
On pourrait parler, par exemple, de la discrimination subie par les Noirs et les Latinos, de la discrimination subie par les femmes dont le salaire est inférieur à celui des hommes, par les centaines de milliers d’Américains qui ne peuvent participer aux élections parce qu’elles ont les dettes, ou les guerres conduites par Washington et ce massacre des civils, il a dit.
Les Etats-Unis ne sont qu’une partie des 18 instruments relatifs aux droits de l’homme, sur les 61 existants. Il ne soutient pas non plus la Convention pour la protection des migrants, ni la convention relative aux droits de l’enfant, et c’est le seul pays qui se manifeste contre le droit à l’alimentation.
Il a également souligné les attaques fréquentes de Washington contre l’organisation internationale.
‘’Trop souvent, le gouvernement des Etats-Unis attaque les Nations Unies et rend difficile l’exécution de son mandat’’, a-t-il déclaré.
Les Etats-Unis tentent de dissimuler le profond rejet provoqué par le blocus imposé à Cuba.
La nouvelle manœuvre politique du gouvernement américain vise à justifier le blocus qui punit la population cubaine, a déclaré Rodriguez Parrilla.
‘’C’est une manœuvre à des fins de propagande, de manipulation de l’opinion publique’’, a-t-il ajouté.
Le gouvernement des Etats-Unis ne fait que tenter de justifier un comportement qui ne bénéficie pas du moins du soutien de la communauté internationale, ni même de la société américaine, a-t-il déclaré.
Pendant 26 années consécutives, l’Assemblée générale a manifesté un rejet accablant et accablant du blocus américain, une politique dépassée de l’époque de la guerre froide, dont les règlementations sont appliquées de manière extraterritoriale et portent atteinte à d’autres pays.
Le gouvernement des Etats-Unis mène une politique de plus en plus hostile, liée à l’industrie anti-cubaine de Miami.
‘’Les déclarations répétées du gouvernement américain contre Cuba n’ont d’autre objectif que de créer un climat de plus grande tension bilatérale’’. ‘’Les déclarations réitérées du gouvernement des Etats-Unis contre Cuba n’ont d’autre objectif que de créer un climat de plus fortes tensions bilatérales’’, a déclaré le ministre.
Cuba regrette que les Etats-Unis s’engagent dans une voie de confrontation.
‘’ Nous regrettons que le gouvernement des Etats-Unis avance dans la voie de la confrontation contre notre pays. Notre réponse sera la fermeté des principes, l’intransigeance dans la défense de la souveraineté nationale, comme dans ces 60 ans de révolution, a déclaré le chancelier.
Cuba est disposée à dialoguer dans des conditions d’égalité et de respect mutuel.
‘’Cuba a maintes fois proposé d’être disposé à débattre avec les Etats-Unis de toute question, y compris des droits de l’homme, mais il ne le fera que sur des bases d’égalité souveraine absolue, sans aucune ombre pour notre indépendance’’, a-t-il ajouté.
‘’Cuba a une politique étrangère de principes, fondée historiquement, qui obéit au mandat de notre peuple et que notre diplomatie est honorée de représenter’’, a déclaré Rodriguez Parrilla.
Avant une question de la presse, il a évoqué les événements du 16 octobre au siège des Nations-Unies à New York, où se déroulait un acte anti-cubain organisé par les Etats-Unis.
On ne sait pas encore comment s’est tenue la réunion, qui a violé les règles fondamentales de la diplomatie internationale, ni quel genre de pressions ou de chantage exercé par les Etats-Unis pour garantir un espace au siège des Nations Unies à New York.

Ambassade Cuba en Guinée

About Augustin

Check Also

Société : EDG, danger quotidien

La Société d’Electricité de Guinée (EDG), depuis belle lurette, continue a endeuillé ou causé d’énormes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.