Cuba : Le peuple cubain rend hommage à José Marti

C’est à la résidence de l’ambassadeur de Cuba en Guinée, sis à la Cité ministérielle de Donka, dans la Commune de Dixinn que s’est déroulé la cérémonie, sous la présidence d’honneur de l’ambassadeur de Cuba en Guinée, SEM Roberto Rodriguez Pena, entouré de certains diplomates accrédités en Guinée et les ressortissants cubains résidents en Guinée.
D’entrée Emma Fornaris Hernàndez, présidente de l’association des cubains résidents en Guinée : L’objet de notre rencontre ici est de rendre hommage à José Marti, né le 28 janvier 1853 et décédé le 19 mai 1895 à l’âge de 42 ans. De sa naissance à aujourd’hui, 166 années ce sont écoulées.
Cependant, de lui, malgré son jeune âge, nous n’en parlerons jamais assez, d’autant plus que ses œuvres sont innombrables et sont toujours à découvrir, aussi bien par nous- même, enfants de Cuba hier, aujourd’hui et de demain, que par les étrangers, amis et sympathisants de Cuba.
José Marti était un penseur, poète, écrivain et homme politique, rappelons-le, fut entre autres, le précurseur de notre souveraineté, notre indépendance et notre fierté d’être cubains.
Pour finir, la présidente de l’association dira que chaque 28 janvier, à défaut d’en faire de son anniversaire une fête particulière, ou que nous soyons, notre pensée ira toujours vers ce grand homme et vers tous ceux qui ont matérialisé ses idées pour faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui, des hommes et femmes libres à l’image de ce qu’il disait ‘’ ser culto es el unico modo de ser libre’’. « Etre cultivé (e) est l’unique condition d’être libre ».
Mourir et être oublié est vraiment mourir. Quant à José Marti, il restera toujours vivant. Car, il ne sera jamais oublié.
Pour le doyen Bagaly Dabo, président de l’association d’amitié Guinée-Cuba : Les grands hommes se ressemblent comme deux gouttes d’eau. A tel enseigne que parler de José Marti, c’est parler d’Ho Chi Minh, d’Ahmed Sékou Touré, plus proche de nous. La différence entre ces hommes se trouve dans l’Espace et le temps. Ils sont comme le couple de l’oiseau calao. Même si la femelle et le mâle ne se posent pas au même arbre, ils ne se quittent pas en pensée.
José Marti, enfant surdoué, né sous le toit de parents modestes. Ce qui l’a précocement marqué dans sa conduite politique. Puisqu’à 16 ans déjà, il a connu la prison, à la Havane, provoquant un véritable scandale en Espagne. Des voix s’étaient fait entendre à Madrid, avec véhémence, pour protester et dire que la place de cet enfant remarquable de 16 ans, n’était pas dans un bagne ou une prison. Mais à l’université pour la poursuite de ses études.
Ainsi, il devait bénéficier d’une bourse universitaire, donnée par le gouvernement espagnol colonial.
Toujours dans la même lancé, le doyen Bagaly Dabo, dira avant l’indépendance de la Guinée en 1958 avec Ahmed Sékou Touré, que l’idéal d’un homme dans sa lutte ne doit jamais être remis en cause, parce que, si vous ne voulez pas mourir, soyez un homme de votre temps ou de tous les temps.
José Marti est resté fidèle au serment d’être un homme de son temps, mais aussi de tous les temps. Dans tous les pays de l’Amérique Latine, il y a toujours une place pour la statue de Marti.
Pour terminer, doyen Bangaly Dabo, José Marti a été un homme de tous les temps, par ce qu’il a repoussé l’injustice. Quand et partout où elle est commise.
Pour le diplomate cubain, Roberto Rodriguez Pena, José Marti voulait l’indépendance totale de Cuba et de Puerto-Rico, en fondant à la Tampa, aux Etats-Unis, le parti révolutionnaire cubain, avec d’autres anticolonialistes portoricains.
Marti qui était tout, sauf un militaire, a pris les armes pour combattre les troupes espagnoles. Et dès la première escarmouche, il est tombé sur le champ d’honneur à Dos Rios.

BIS

About Augustin

Check Also

MATD : Ouverture des travaux des états généraux de la décentralisation et du développement

Plus d’une année après l’organisation des élections communales suivies de près par l’installation des 342 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.