Agriculture : la stratégie nationale de développement de la Riziculture, lancée !

C’est dans la salle de réunion de l’Institut de Recherche Agronomique de Guinée que les cadres du département du ministère de l’agriculture ce sont donnés rendez-vous, dont le thème portait sur la stratégie nationale de développement de la riziculture.
D’entrée, Ibrahima Kalil Sacko du bureau de stratégie de développement du ministère de l’agriculture : Ce n’est pas une revendication, mais nous sommes en train de diviser la première stratégie qui a été élaborée depuis 2008 et qui a été adoptée par le gouvernement guinéen en l’an 2009, qui est arrivé en un sens, de 2008 jusqu’en 2018. Donc, 10 ans, c’est déjà atteint, je suis en train de faire une deuxième prestation.
Dans le même sillage Ibrahima Kalil réaffirme, le contenu de la stratégie c’est tout ce qu’il nous faut pour pouvoir amener à l’autosuffisance et à produire une source mal de vie pour le pays. Donc, ça contient tous les éléments que comporte la production des semences, des variétés des semences qu’il faut, les superficies à aménager, quelle quantités de superficie qu’il faut mettre en valeur pour que nous puissions attendre l’objectif a signé à la stratégie, ainsi que les travaux de mécanisation agricole, combien de machine il faut, que ça soit les équipements de préparation ou de solde.
Les équipements de transformations ou d’industrie, donc, ce sont les principes tous les éléments liés à la chaine de valeur que nous allons abordés dans la stratégie. Ceux qui concernent le nombre principal de ces vingtaines de personnes, il y a les services d’états, selon les spécialités.
La DNA, l’IRAG toutes représentées, nous avons le secteur privé, les importateurs d’équipements agricoles et l’intra-agricole, les jeunes nous avons invités la coopérative des jeunes et l’assemblé nationale de l’agriculture.
Pour finir, Ibrahima Kalil Sacko, dira que le riz de pays n’est pas consommé seulement dans le local, le riz du pays est très bien consommé, c’est la préférence des guinéens, mais du point de vue qualité, c’est pourquoi, nous sommes en train de nous battre pour que le riz du pays sois de la bonne qualité et que ça sois compétitif sur le terrain, la production, elle est là, malgré qu’on apporte massivement du riz du pays Asiatique, nous avons un problème de transformation, un problème de qualité du riz et quand vous étudiez le riz. Vous trouvez quelques indices à l’intérieur qui contribue à la dégradation de la qualité.
C’est pourquoi, avec le département de l’agriculture du commerce, de l’industrie, il a été mis en place, c’est ce qu’on appelle la charte nationale du riz locale, c’est-à-dire toutes les procédures vont contribuer à l’amélioration de la qualité du riz est plus doux par rapport au riz Asiatique qu’on nous importe.
Selon Ibrahima Sall, le consultant régional de la coalition africaine du développement de la riziculture : Ceux que nous savons, c’est que le riz est une circulation de première amertume ici en Guinée, nous travaillons pour que les guinéens puissent se nourrir eux même, qu’ils ne comptent. Développer d’indianisation et rendre le riz trop petit et former et reformer les capacités des riz trop couteux, faire en sorte que la Guinée soit autosuffisance.
Ce que je peux vous dire de manière très simple est qu’en fait par rapport aux objectifs que nous avons fixé depuis 10 ans par rapport à la Guinée, c’est-à-dire la Guinée s’inscrit dans notre initiative pour ambition de doubler au niveau de production qui avait un objectif.
Par rapport à ces objectifs de ce qui s’est passé nous a montré que la Guinée a eu un taux de réalisation de plus de 90%, la Guinée aurait pu avoir 100% et même le dépassé, mais vous n’êtes pas sans savoir que la Guinée a connu une crise avec la maladie Ebola qui a un peu ralentie les activités.
Pour terminer, le consultant se dit, vu de ce fait la Guinée aurait pu faire partir de ces pays qui sont hautement fait passés d’autre activités, autre élément sur lequel il faut retenir, c’est que la Guinée a un potentiel en Afrique de l’Ouest qui est très important étant donné qu’elle est le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, la Guinée a été très fertile.
Donc, la Guinée à la capacité de largement atteindre ces objectifs d’autosuffisance durant cette seconde phase indépendamment sur des facteurs externes qui ne viennent pas de nous. Nous avons travaillé pour que la Guinée puisse atteindre ces objectifs, mais sachez que l’ordre est déjà les résultats enregistrés en faveur de la Guinée durant la première phase qui était satisfaisante

BIS

About Augustin

Check Also

MATD : Ouverture des travaux des états généraux de la décentralisation et du développement

Plus d’une année après l’organisation des élections communales suivies de près par l’installation des 342 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.