John Sydney McCain III : la disparition d’un franc-tireur !

Il était l’un des piliers du congrès américain depuis 1983, constamment réélu pour représenter l’Arizona. Il avait aussi disputé sans succès la Maison Blanche à Barack Obama en 2008 pour le camp Républicain.
Sa disparition, attendue depuis l’annonce par sa famille, vendredi 24 août dernier, qu’il cessait son traitement pour Tumeur maligne au cerveau, a été saluée comme d’une des dernières voix indépendantes dans le parti de Donald Trump.
Le sénateur McCain meurt d’un cancer  à l’âge de 81 ans. Quelques heures après l’annonce de son décès, l’actuel président Donald J Trump et son prédécesseur Barack Obama ont rendu un vibrant hommage  à son égard.
Héros National :
John McCain fut prisonnier pendant la guerre du Vietnam entre 1968 à 1972, descendait d’une longue ligne de soldats. Son grand-père, John Sidney McCain Sr, était amiral. Son père, John Sidney McCain II, amiral en chef de la zone pacifique durant la guerre du Vietnam, avait ordonné le bombardier Hanoi en 1972 alors que son fils était encore aux mains du Viêt-Cong.
Ayant refusé l’offre de ses tortionnaires de le libérer eu égard à son nom, il en sortira avec les deux bras cassés, une jambe fracturée, des coups de baïonnette dans les flancs et trois dents manquantes. Lorsqu’il est reçu par Nixon à la Maison Blanche, après sa libération en mars 1973, c’est un héros national.
Ses stigmates, qui l’empêcheront toute sa vie de lever les bras, mettront un terme à sa carrière militaire et le pousseront à se lancer dans la politique dans les années 80.

Décrypté par Amara Touré

About Augustin

Check Also

Culture : journée culturelle cubain

C’est à la résidence de son excellence, Roberto Rodirguez Pena, l’ambassadeur de Cuba en Guinée, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.